Type d'article
Brève

Un an après, les « debout » du Tiers secteur de la recherche

Ce temps fort auquel a participé l'Université Rennes 2 a eu lieu à l’ancien Antipode le 1er décembre 2021, date anniversaire, marquant la troisième et dernière phase des Assises autour de la structuration territoriale du tiers secteur de la recherche. 

Image
tiers secteur

Les Assises du tiers secteur de la recherche se sont tenues il y a un an, mais la crise sanitaire n’a pas permis de les organiser, comme initialement prévu, au Couvent des Jacobin à Rennes. Aussi, au cours de l’année 2020, les Assises se sont transformées en « processus », car le grand événement n’a pu avoir lieu, et seuls deux sessions « en distanciel » ont pu être tenues, la session plénière, le 30 novembre et les ateliers thématiques le 1er décembre.

Ces ateliers ont réuni une quinzaine de groupes-séminaires, sur la base du principe de parité : une moitié de chercheur·e·s académiques et une moitié de représentant·e·s du tiers secteur de la recherche : associations, militant·e·s de l’environnement, les TPE/PME, petites collectivités… Tout un pan de la société qui n’a pas accès au soutien dans le cadre des politiques publiques de recherche. Ces ateliers, dont la synthèse est publiée sous la forme du volume 2 des Assises du tiers secteur de la recherche (le volume 1 est un verbatim de la session plénière) sont la démonstration des compétences, savoirs et savoir-faire, projets de recherche, intelligence collective, etc. présents dans les tissus de la société civile, désignés comme tiers secteur de la recherche.

Le temps fort « Un an après, les « debout » du Tiers secteur de la recherche » a eu lieu à l’ancien Antipode le 1er décembre 2021 pour organiser la structuration territoriale du tiers secteur de la recherche. L’objectif visé : rendre accessible à tou·te·s les acteur·rice·s de la société civile – et à grande échelle – les connaissances et compétences des universités, et favoriser le croisement des savoirs académiques avec ceux que produisent et détiennent les acteur·rice·s de la société civile.