Type d'article
Brève

L’habit breton sous toutes ses coutures grâce à une visite virtuelle conçue par des étudiantes de Rennes 2

Les huit étudiantes de la première promotion du master Humanités numériques à l’université Rennes 2 ont imaginé une expérience immersive pour valoriser la nouvelle vitrine du vêtement du musée de Bretagne. Leur projet, “On trouve de tout dans une armoire”, sera présenté au musée de Bretagne le 18 mai 2019 à l’occasion de la Nuit européenne des musées.

Image
Projet On trouve de tout dans une armoire

Pour accompagner la refonte en 2019 de la vitrine du vêtement en Bretagne, le musée de Bretagne et les Champs libres ont fait appel à la promotion Ada Lovelace du master Humanités numériques de l’université Rennes 2. La commande : concevoir sur GuidiGo, plateforme web de visites virtuelles, un parcours numérique valorisant la collection textile du musée. “Nous avons tout de suite pensé à une armoire que l’on ouvrirait, expliquent Lucie Saez et Sophie Saignol, qui ont travaillé sur le projet avec six autres étudiantes du master. Nous nous sommes intéressées à la transmission du savoir vécu et patrimonial, à travers les liens émotionnels. Nous voulions mettre l’ordinaire, le familier et l’intime au coeur de notre proposition.

Les étudiantes ont donc imaginé une fiction familiale. À la recherche d’un objet en rapport avec la Grande Guerre pour un exposé de classe, Héloïse, 9 ans, interroge sa grand-mère, Marie-Ange. Celle-ci ouvre les tiroirs de son armoire. Chaque vêtement trouvé ravivant ses souvenirs, elle conte l’histoire de sa famille sur cinq générations. “Nous avons eu quatre heures de cours sur l’histoire du vêtement, puis nous avons fait beaucoup de recherches personnelles. Notre master a la particularité d’être pluridisciplinaire. Nous nous sommes partagé les tâches en fonction de nos appétences et de nos connaissances.

Créé en 2017, le master Humanités numériques fonctionne en bidiplômation avec plusieurs masters de l’université Rennes 2 : arts plastiques, breton et celtique, design, histoire, lettres, linguistique et didactique des langues. Il se présente comme une formation numérique complémentaire aux sciences humaines et sociales : les étudiant·e·s se forment notamment aux enjeux des humanités numériques, au traitement informatique et à l’exploitation des données. “ Le master favorise les liens avec le monde professionnel. Nos étudiant·e·s apprennent à manier du contenu pluridisciplinaire et à associer leurs compétences à l’informatique. Ils·elles pourront ensuite travailler dans des musées, des bibliothèques, des centres d’archives, des laboratoires ou des studio graphiques par exemple et faire le lien avec les informaticien·ne·s ”, indique Karine Karila-Cohen, enseignante-chercheure, co-responsable du master.

Avec “On trouve de tout dans une armoire”, les étudiantes se sont ainsi initiées à la gestion de projet et au travail en équipe. “Nous avons développé de nouvelles compétences en valorisation, en communication et en supports pédagogiques. Et, bien sûr, nous sommes devenues incollables sur les coiffes bretonnes ”, avancent-elles avec humour. Elles voient aujourd’hui leur investissement récompensé avec leur participation à la Nuit européenne des musées le 18 mai 2019 qui leur offrira la possibilité de toucher un large public.