Type d'article
Brève

Chaire internationale en humanités et sciences sociales : accueil du géographe canadien Guillaume Fortin

Les travaux de recherche de Guillaume Fortin, Professeur titulaire de géographie à l'Université de Moncton, Nouveau-Brunswick, Canada, se concentrent sur la dynamique et la variabilité du climat.

Image
Guillaume Fortin / visite de terrain
Légende

Guillaume Fortin / Visite de terrain © Valérie Bonnardot

La Chaire internationale en humanités et sciences sociales est ouverte aux chercheur·e·s et enseignant·e·s-chercheur·e·s de tous les pays et de toutes les disciplines. Les candidatures sont portées conjointement par une des unités de recherche dont l’Université Rennes 2 est tutelle et par un de ses départements de formation. Les candidat·e·s à cette chaire doivent prendre contact avec la direction d’un de ces laboratoires ou de ces départements, ou avec un de leurs enseignant·e·s-chercheur·e·s, afin de construire ensemble le projet de candidature.

Cette chaire permet aux chercheurs du monde entier de venir travailler pendant un ou deux mois à l'Université Rennes 2 et de construire des collaborations scientifiques et pédagogiques avec les collègues rennais·es.

 

texte

Lors de mon premier séjour en 2017, j’avais déjà beaucoup apprécié les échanges avec les collègues rennais·es. J’étais reparti au Canada avec des idées plein la tête. Cette année ne fera pas défaut et j’espère vivement que nous pourrons monter de nombreux projets et favoriser encore davantage les échanges entre nos deux universités dans les mois et années à venir. 

Auteur de la citation

Guillaume Fortin

Cours dispensés aux étudiants de l’Université Rennes 2

Lundi 28 mars, 18h15, Amphi A2 : Les changements climatiques au Canada (L3)

Lundi 4 avril, 14-16h, Amphi B3 : Le risque d’inondation au Nouveau Brunswick (M1)

Conférence ouverte au public - mardi 12 avril 13h - 15h

Campus Villejean, Bâtiment N, Salle 104 

« Variabilité et changement climatique au Nouveau Brunswick » (les Mardis de LETG) 

Le Nouveau Brunswick fait partie de la région des Provinces Maritimes, à l’est du pays. Bien que petite à l’échelle du Canada, sa superficie est de 72 908 km², un peu plus de 2,5 fois la taille de la Bretagne. Le Nouveau-Brunswick présente une grande diversité géographique : paysages marins, forêts acadiennes et terres agricoles jalonnent la province, et on y trouve pas moins de onze climats différents. La province n’a pas été épargnée par les épisodes extrêmes, mais toutes les régions qui la composent n’ont pas été touchées de la même manière. Toutefois, malgré ces disparités régionales, la multiplication des inondations, épisodes de sécheresse et l’augmentation de leur intensité, et la diminution de l’enneigement, touchent toute la province.

La conférence du 12 avril animée par Guillaume Fortin tentera de faire le point sur cette situation, d’expliquer la gestion des données climatiques et reviendra sur les conséquences de ces phénomènes extrêmes.

Collaboration avec Vincent Dubreuil et le laboratoire LETG

Depuis quelques années maintenant, Guillaume Fortin travaille étroitement avec Vincent Dubreuil, Professeur à l’Université Rennes 2 et membre du laboratoire LETG. En 2019, ils ont publié ensemble un article évoquant l’importance de la géostatistique pour créer une nouvelle carte des types de climat à l'échelle régionale (étude de cas du Nouveau-Brunswick, Canada). Par ailleurs, ils sont tous deux experts en climatologie appliquée et travaillent sur les changements climatiques. 

Rencontres institutionnelles et partenariats 

Lors de l’accueil au service des relations internationales de l’Université Rennes 2 le 25 mars 2022, Guillaume Fortin a rencontré Lesley Lelourec, Vice-Présidente Internationalisation et Juliette Cornet, responsable du pôle mobilités - gestion des partenariats. 

Par ailleurs, un accord a été signé cette année entre l’Université Rennes 2 et l’Université de Moncton, et ce à l’initiative de Gudrun Ledegen, enseignante-chercheure en sociolinguistique à Rennes 2 et co-directrice du laboratoire PREFICS. « La situation sociolinguistique d'une part, et l'excellence des recherches de l’Université de Moncton d'autre part nous ouvraient les bras pour que nous travaillions de concert. » Dans le cadre de cet accord, deux étudiant·e·s de Rennes 2 partiront en échange à la rentrée.