Type d'article
Brève

Portail SOcle : les clés pour une science ouverte

Bien que largement financées par des fonds publics, les universités doivent payer le prix fort pour accéder aux résultats des recherches de leurs propres enseignants-chercheurs, dans un marché dominé par quelques gros éditeurs scientifiques limitant l’accès aux données de la recherche. Avec son nouveau portail SOcle, l’université Rennes 2 poursuit son engagement pour démocratiser l’accès aux savoirs et à une science citoyenne.
 

Image
Fiona Edmond

Le portail SOcle de l'université, lancé en janvier 2022, est un guichet unique d'accompagnement des enseignant·e·s-chercheur·euse·s et doctorant·e·s pour la mise en œuvre de pratiques ouvertes dans leurs travaux de recherche. C'est une plateforme centralisée afin de les accompagner à chaque étape de leurs recherches et permettant de les diriger si besoin vers les bons interlocuteurs de l’université. Le portail SOcle fournit également un accès à des services de suivi et de conseil personnalisés, notamment d’aide à la rédaction de plans de gestion de données, dans le but de faciliter les démarches de financement et si besoin pour les aiguiller vers les outils locaux et nationaux pertinents. Si nécessaire, il oriente vers des offres de formation adaptées aux besoins en mobilisant le SCD, l’URFIST et la MSHB.

Les ressources accessibles sur le portail sont organisées de sorte à décliner les principes de la science ouverte à chaque stade d’un projet de recherche, de sa préparation à la publication, diffusion et valorisation de ses résultats.

Fiona Edmond, bibliothécaire chargée des données scientifiques et cheffe de projet SOcle, partage son expérience de l'appréhension des chercheur·e·s sur la science ouverte. « A l’occasion de la conception du site SOcle, construit avec les futurs utilisateurs, nous avons mené des entretiens avec des enseignant·e·s-chercheur·e·s, ingénieur·e·s de recherche et personnels d’appui de l'université. Il est apparu des différences de niveau de connaissance sur cette question mais tous ont été curieux et désireux d’en savoir plus et ont montré un intérêt marqué pour le partage des connaissances, même si les aspects “techniques” liés à la science ouverte sont parfois moins maîtrisés et que certaines craintes liées à l’ouverture des publications et des données peuvent persister.» Retrouvez les témoignages de 2 chercheurs, Yvon Le Caro et Thomas Gaillat et d'une doctorante, Agathe Bilhaut, sur le site SOcle.

Concernant la plus value de la plateforme SOcle, Fiona Edmond précise qu'elle est un véritable guichet unique réunissant des services disséminés sur le campus et au niveau national. Elle devrait offrir une synthèse des questions liées à la science ouverte adaptée aux besoins de la communauté Rennes 2, « en espérant aider les enseignants-chercheurs à se saisir de cette question en leur offrant un accompagnement complet et simplifié

La plateforme étant désormais en ligne, Fiona Edmond souligne l'enjeu de sensibiliser les chercheurs dans les laboratoires et d'anticiper les évolutions« Nous ferons évoluer la plateforme en fonction des besoins remontés et envisageons déjà une V2 de la plateforme. Nous espérons également obtenir des financements, grâce à un projet CPER science ouverte porté par la Maison de Sciences de l’Homme en Bretagne (MSHB) au niveau régional, pour accueillir à la BU centrale un “datalab”, lieu dédié aux données de la recherche, aux humanités numériques et à la science ouverte.»

Toutes les informations et actualités sont à retrouver sur le portail SOcle sur SOcle.univ-rennes2.fr