Avatar Service Culturel

Ciné Tambour : programme des séances (2nd semestre)

Janvier > Avril 2017

 

[Programmation sous réserve de modifications]

Tous les films sont proposés en version originale.


 

Mercredi 11 janvier

Masques révélateurs


Ciné Tambour inaugure l’année 2017 avec les parcours de deux personnages masqués. L’œuvre de Georges Franju, Les yeux sans visage, apporte à ce début de soirée poésie et frissons. Le masque figé de la mélancolique Christiane (Edith Scob) est la première étape pour atteindre un masque ultime criant de réalisme. Cela lui permettra-t-il de réintégrer la société ? Puis accompagnez l’ange polymorphe de Holy Motors, de Leos Carax, dans ses missions mystiques et mystérieuses. Le vrai visage de M. Olivier se révélera-t-il sous les mille couches de latex ?

 

[18h] Les yeux sans visage
Georges Franju / France / DCP / 1959 / 90min

 

[20h30] Holy Motors
Leos Carax / France / DCP / 2012 / 116 min

 


Mercredi 18 janvier

Trilogie Bill Douglas


Ciné Tambour décide pour cette soirée de vous présenter un cinéaste assez méconnu, Bill Douglas. La trilogie présentée, restaurée en 2013, mêle enfance et misère en Ecosse sous forme de « récit émotionnel ». Vie et nature sont les thèmes récurrents dans ses trois films différents géographiquement où l’on suit les aventures de Jamie le petit garçon, incarné par le double de Bill Douglas. Vos sensations seront mises en exergue tout au long de la soirée. Des vibrations qui s’ancreront très longtemps dans vos esprits.

 

[18h] My Childhood et My Ain Folk
Bill Douglas / G.-B. / DCP / 1972 et 1973 / 46min et 55min

 

[20h30] My Way Home
Bill Douglas / G.-B. / DCP / 1978 / 71min

 


Mercredi 25 janvier

La condition nucléaire


Énergétique ou militaire, le nucléaire s’est imposé comme un présupposé de notre condition humaine et sociale. Condition désormais nucléaire, envisagée très vite par le cinéma comme une double exigence ; plastique tout d’abord, esquissée par les écrans variables au sein de leur traditionnelle sélection de courts ; scénaristique enfin, cristallisée par Au revoir l’été de Koji Fukada, film majeur de ces dernières années et grand oublié des salles rennaises. L’absence est à remédier, et elle se fera à l’aune de la délicatesse, pour clore une soirée à l’amorce débridée.

 

[18h] Écrans variables


Overkilled (atomic bombs)
Isao Hashimoto / 2007 / 2min

«1945-1998» A Time-Lapse Map of Every Nuclear Explosion since 1945
Isao Hashimoto / 2003 / 15min

Nijuman no borei (200000 fantômes)
Jean-Gabriel Periot / 2007 / 10min

La forêt rouge
Michela Franzoso / 2007 / 12min

Yabuchi-Maki
Saito Mitsuaki / 2012 / 33min


[20h30] Au revoir l’été
Koji Fukada / Japon / DCP / 2014 / 125min

 


Mercredi 1er février

La Chasse Américaine


Des grandes étendues boisées du nord de l’Amérique aux déserts glacés et inhabités de l’Antarctique, du cinéma direct québécois au cinéma d’horreur étasunien, aventuriers américains en tous genres se confrontent à l’inattendu. Chasseurs invétérés ou improvisés, ils s’échinent à traquer, à débusquer la proie qui les anime. Qu’elle soit « lumineuse » ou bien « d’un autre monde », la bête concentre en elle les fantasmes de ses pisteurs anonymes, qui par plaisir ou par instinct de survie se font chasseurs de mythes.

 

[18h] The Thing
John Carpenter / USA / DCP / 1982 / 109min

 

[20h30]  La Bête lumineuse
Pierre Perrault / Québec / DCP / 1982 / 127min

 


Mercredi 8 février

Fables marocaines


Soirée en partenariat avec Clair-Obscur et Travelling Tanger
Chaque année, le festival Travelling de Rennes met à l’honneur les grandes villes du monde à travers leur cinégénie urbaine. Cette année le festival nous fait traverser le détroit de Gibraltar et nous révèle la puissance cinématographique de la ville de Tanger. La soirée débutera par la fable du cinéaste poète Ahmed Bouanani Le Mirage. Puis nous glisserons vers un autre monde allégorique plus contemporain avec The end du cinéaste touche à tout Hicham Lasri.

 

[18h] Le Mirage
Ahmed Bouanani / Maroc / 35mm / 1979 / 100min
Le film sera présenté par Simon-Pierre Hamelin, directeur de la librairie des colonnes à Tanger et Roland Carrée, docteur en études cinématographiques

 

[20h30] The End
Hicham Lasri / Maroc / DCP / 2011 / 100min
 


Mercredi 15 février

Retour à la réalité

 

En 1973, Djibril Diop Mambéty, grand cinéaste sénégalais, réalise Touki Bouki, un hymne à la jeunesse de son pays qui marque les nouveaux cinémas africains. Quarante ans plus tard, sa nièce Mati Diop confronte les acteurs du film ainsi que la société sénégalaise au poids du temps. Les personnages vieillis nous racontent leurs souvenirs de tournage et leurs vies actuelles à Dakar dans un documentaire poétique.

 

[18h] Touki Bouki
Djibril Diop Mambéty / Sénégal / DVD / 1973 / 95min

 

[20h30] Mille Soleils
Mati Diop / France / DCP / 2014 / 45min

 


Mercredi 1er mars

Corps Culturel

Soirée en collaboration avec Transversales : Sport et cinéma

Activité tantôt physique, tantôt mentale, le sport amène à repousser les limites de son corps. Ainsi, filmer le sportif, c’est savoir capturer l’état de Flow que provoque en lui la pratique sportive. Le sport, c’est aussi un esprit, une philosophie, qui se veut parfois compétitive, mais qui cherche toujours le partage d’une expérience forte avec l’autre. Cette soirée tournée autour de la question de la représentation du sport au cinéma sera l’occasion de venir surfer sur la vague du documentariste Bruce Brown ou d’assister au top-départ des courses cultes des Wachowski.

 

[18h] The Endless Summer
Bruce Brown / USA / DCP / 1966 / 95 min

 

[20h30] Speed Racer
Lilly et Lana Wachowski / USA / 35mm / 2008 / 127 min

 


Mercredi 8 mars

Expérimenter l’errance

Que ce soit pour l’esprit, le regard ou bien les corps, l’errance est un moyen de se découvrir et de se dissoudre dans le réel. Par la recherche constante d’un espace sourd, d’une meilleure lumière, d’un temps autre, d’une nouvelle image, d’un horizon qui passe, l’errance est cette épreuve guidant les affamés de profondeur vers des trésors de souvenirs, des fragments de mémoire, des expériences sensorielles, des mystères esthétiques, des anti-moments exceptionnels.

 

[18h] Écrans variables

Les trésors d’Oodacq : compilation de films sélectionnés par le festival Oodacq (2012-2016)

1 : Lettres à la mer de Renaud Perrin et Julien Telle ; 4 min / 2 : Déjà-vu de Jean-Guillaume Bastien ; 4 min / 3 : Dies Irae de Jean Gabriel Périot ; 10 min / 4 : Travel Notebook de Silvia de Gennaro ; 2 min / 5 : Kafr Ashry de François Lejault ; 4 min / 6 : Slapen d’Oscar van der Kruis ; 4 min / 7 : Herméneutique de Alexei Dimitriev ; 3 min / 8 : VOSTFR du Collectif Capture ; 1 min / 9 : Imaginarium de Gambao Jeymer ; 8 min / 10 : Shift de Max Hattler ; 3 min / 11 : Woman Without Mandolin de Fabiano Mixo ; 5 min / 12 : Nein ? Neu ! de Franck Bubenzer ; 5 min / 13 : Self Lavage de Johan Parent ; 3 min / 14 : Atlas de Magda Gebhert ; 8 min / 15 : Tourette et péroné de Justine Pluvinage ; 3 min / 16 : Descomposición Aleatoria de Karina Rojas Sandoval ; 4 min

 

[20h30] Walkabout
Nicolas Roeg / Grande-Bretagne-Australie / DCP / 1970 / 100 min

 


Mercredi 15 mars

Du « réel » au visuel

Y a-t-il équivalence du voir et du savoir ? L’empreinte sur pellicule possède-t-elle une vertu mémorielle ? Ciné Tambour vous questionne et plonge dans le débat au gré d’une soirée où s’allient peaux et pellicules pour combler les plaies de la guerre. Deux œuvres matrices de Harun Farocki lanceront une séance brûlante, où les conflits majeurs du XXème siècle formeront le théâtre d’une interrogation des capacités décryptives et mémorielles de l’inscription photographique. A l’autopsie d’un meurtre répondra celle d’une passion, mélancolique certes, mais non désenchantée. Car même exilé, Jacques Demy peut vous envoûter, le temps d’une vision amoureuse et d’un oubli du feu guerrier.

 

[18h] Séance en collaboration avec le Master 2 professionnel des Métiers et Arts de l’Exposition, organisateur d’une manifestation autour d’Harun Farocki à la Galerie Art et Essai de Rennes 2 du 10 mars au 7 avril

Feu inextinguible
Harun Farocki / Allemagne / Num. / 1969 / 25 min

Images du monde et Inscription de la guerre
Harun Farocki / Allemagne / Num. / 1988 / 75 min

 

[20h30] Model Shop
Jacques Demy / USA / 35mm / 1969 / 90 min

 


Mercredi 22 mars

Vie affective et sexuelle

Soirée en collaboration avec le SIMPPS (Service Interuniversitaire de Médecine Préventive et de Promotion de la Santé)

Amour, amitié, sexualité, sensualité, aventures et transgression ; Ciné Tambour vous attend le 22 mars pour la soirée « Vie affective et sexuelle », en collaboration avec le SIMPPS, pôle santé de Rennes 2. Les sentiments doux et dérangeants des personnages de Kung-Fu Master d’Agnès Varda ouvrent la soirée. Jane Birkin y incarne une femme qui éprouve peu à peu une fascination amoureuse envers le jeune Mathieu Demy. Les deux êtres se réunissent autour d’un jeu vidéo, sous l’œil complice et jamais voyeuriste de la réalisatrice. Puis la soirée continue avec L’Impératrice rouge de Josef von Sternberg. Figure mythique de la sensualité, Marlene Dietrich y incarne la future Catherine II. Femme libre, femme séductrice, les aventures se succèdent dans une Russie du XVIIIe siècle baroque et cruelle.

 

[18h] Kung-Fu Master
Agnès Varda / France / DCP / 1988 / 80 min

 

[20h30] L’Impératrice rouge
Josef von Sternberg / USA / 35mm / 1934 / 110 min

 


Mercredi 29 mars

Claire Denis

L’Afrique, côté Est, sèche, aride, rugueuse, une troupe de légionnaires, au milieu de nulle part. L’ennui succède à l’entraînement physique, pour qui ? Pour quoi ? Valse des corps, des regards, sentiments inavoués, paroles gelées. Claire Denis réalise un Beau travail ! À 20h30 rencontre avec Claire Denis suivie de la projection de son court métrage Voilà l’enchaînement d’après le roman Les Petits de Christine Angot. Mise en scène minimaliste, un homme, une femme, chacun exprime le processus inéluctable dans lequel il est tombé. Comment glisser de l’amour à la haine.

 

[18h] Beau travail
Claire Denis / France / 35mm / 1999 / 92 min

 

[20h30] Rencontre avec Claire Denis + projection de Voilà l’enchaînement
Claire Denis / France / Num. / 2014 / 40 min

 


Mercredi 5 avril

Mixture d’animation

Soirée en collaboration avec le festival international du film d’animation de Bruz

En guise de conclusion de l’année 2016-2017, Ciné Tambour propose un élégant petit assortiment de courts métrages produits chez Vivement lundi et JPL Films, et commentés par leur story-boarder Benjamin Botella. Cette première séance s’articule avec Le Sens de la vie pour 9.99 $ de Tatia Rosenthal. Une audace en stop motion qui approche avec tact et justesse des questions concrètes, et qui donne « matière » à réfléchir. Une soirée qui rappellera combien la créativité contemporaine en animation est stimulante.

 

[18h] Rencontre avec Benjamin Botella, storyboarder

Tati Ramitsu
Victoria Vancells / 2012 / 10 min

Simply Market (publicité)
Benjamin Botella / 2010 / 30 s

Coquilles (web série)
Benjamin Botella / 2016 / épisodes 1, 4 et 5 (3x3 min)

Ponpon, un chien parmi les hommes
Fabien Drouet / 2004 / 26 min

Calypso is like so
Bruno Collet / 2003 / 7 min

Le Petit Dragon
Bruno Collet / 2009 / 8 min

La tête dans le guidon (série)
Bruno Collet et Jean-François Le Corre / 2005 / épisodes 3 et 15 (2x1 min)

 

[20h30] Le sens de la vie pour 9.99$
Tatia Rosenthal / Australie-Israël / 35mm / 2008 / 78 min