Avatar SUIO-IP

Mineure de découverte Philosophie

Semestre 1

Pourquoi faut-il philosopher ? Les grandes questions de la philosophie ancienne (24h CM)

Enseignante : Sophie Van der Meeren-Ferreri

Prenant pour point de départ l’interrogation des penseurs de l’Antiquité grecque et latine sur la nécessité même de faire de la philosophie, le cours sera consacré d’abord aux raisons qui ont poussé les premiers penseurs à s’intéresser à la philosophie d’une part, et à inviter les autres à s’y intéresser, de l’autre. Il examinera ensuite, à l’aide d’un corpus de textes fourni par l’enseignant, les grandes questions de la philosophie ancienne (L’univers a-t-il eu une origine ? Qu’est-ce que l’être ? Qu’est-ce que l’homme ? En quoi consiste le bonheur, etc), et la façon dont les différentes réponses données à ces questions permettent de se représenter la philosophie ancienne en fonction de différents « courants » qui dialoguent entre eux.


Questions de philosophie morale (24h CM)

Enseignant Stéphane Lemaire, UFR philosophie Rennes 1

Le cours s’efforcera de présenter de façon à la fois historique et synthétique les grandes théories morales. Plus précisément, on s’intéressera aux théories qui constituent ce qu’on appelle l’éthique normative, c’est-à-dire l’ensemble des réponses plus ou moins systématique que l’on doit donner à la question « Que dois-je faire ? » mais aussi à la question « qui dois-je être ? ».

On se concentrera en particulier sur les théories normatives qui opposent conséquentialisme, déontologisme et théories de la vertu. On s’intéressera aussi au passage à la question de savoir quel genre de systématicité la théorie morale peut-elle offrir. On abordera aussi d’autres problèmes théoriques touchant la morale. En particulier, on s’intéressera d’un côté aux problèmes de méta-éthiques qui concernent les fondements de la morale, et de l’autre à une ou deux questions d’éthique appliquée. On s’intéressera aussi brièvement à des questions de psychologie morale, par exemple sur la façon dont nous formons nos jugements moraux.

 

Semestre 2

L’invention du sujet moderne, subjectivité et individu (24h CM)

Enseignante : Patricia Limido

Le cours se propose d’éclairer l’histoire du sujet moderne : l’apparition de la subjectivité et de l’individu, la manière dont conscience, liberté et sentiments sont devenus des dimensions propres de l’homme en un sens résolument nouveau par rapport à l’Antiquité. Il s’agira de comprendre comment l’homme est devenu un sujet auteur de sa pensée et de son vouloir et un individu acteur de son existence. Le cours cheminera depuis Descartes jusqu’à Heidegger, en passant par le romantisme allemand, entre sujet et objet, individualité et singularité, perspectivisme et existence. La bibliographie sera donnée à la rentrée.


Philosophie politique : La guerre et la paix (24h CM)

Enseignant : François CALORI – UFR de Philosophie Rennes 1

Qu’est-ce qu’une guerre ? Qu’est-ce que faire la paix ? Faut-il vouloir la paix à tout prix? Y a-t-il des guerres justes ? Peut-on penser un droit de la guerre, envisagé dans sa double dimension d’un droit à la guerre et d’un droit dans la guerre ? Peut-on vouloir ou réaliser la paix perpétuelle ? Ou bien le politique lui-même est-il solidaire d’une violence indépassable ? Et la paix intérieure doit-elle être recherchée ? Le cours s’efforcera d’approfondir ces questions, et celles, corrélatives, du droit international et du cosmopolitisme,  en mobilisant à la fois quelques-unes des figures les plus classiques de l’histoire de la philosophie politique (de Hobbes à Carl Schmitt, en passant par Grotius, Rousseau, Kant ou Hegel) et les ressources de la réflexion contemporaine.