Exposition | L'intolérable ligne droite

Exposition | L'intolérable ligne droite

Du 15 novembre au 16 janvier

Une exposition proposée par le programme de recherche et d’expositions Art by Translation avec de nouvelles œuvres de Silvia Kolbowski, Julia E. Dyck, Maíra Dietrich, Falk Messerschmidt et Pedro Zylbersztajn.

Réactivation du projet « i.e. » par des étudiant.e.s du Master arts plastiques de l’université Rennes 2, de l’ESAD TALM Angers et de l’ENSA Paris-Cergy. Performances du collectif moilesautresarts.

Équipe de recherche et curatoriale : Maud Jacquin, Sébastien Pluot, Yann Sérandour et Anne Zeitz

À partir d'une oeuvre de Silvia Kolbowski qui a vécu les plus improbables péripéties pour arriver jusqu'à nous, cette exposition interroge les trajectoires imprévisibles des oeuvres.

+ Project room : La Puce à l’oreille 

Arman, Art Press, ArTitudes, Gretchen Bender, Aline Dallier-Popper, Dirk de Bruyn, Marcel Duchamp, Don Foresta, Le G.R.A.V., Otto Hahn, Pierre Henry, Pontus Hultén, Alain Jouffroy, Kanal Magazine, Maria Klonaris et Katerina Thomadaki, Robert Lebel, Babette Mangolte, Orlan, Gina Pane, Paris Experimental, François Pluchart, La Quinzaine Littéraire, Pierre Restany, Mimmo Rotella, Michael Snow, Tacet : Experimental Music Review, Wolf Vostell 

Commissariat : Anabelle Lacroix

Le projet a pour but de mettre en valeur les archives de la critique d’art par une exposition thématique sur l’expérimentation en art et sa réception. En effet, dire qu’une exposition ou un événement artistique est « expérimental » c’est faire référence à une vrai méthodologie artistique, ou cela cache un manque de vocabulaire, faute de mots pour décrire une pratique qui n’est pas encore comprise - puisque ce qui est expérimental, ne cesse d’évoluer avec le temps.

À partir de la Société Anonyme (1920-1950), premier musée dit « expérimental », nous analyserons cette notion au travers de la critique d’art et particulièrement dans les années 1960, 1970 et 1980 avec de développement de l’art conceptuel, de l’art corporel et l’institutionnalisation des pratiques sonores.

Cette project room est organisée en partenariat avec les Archives de la critique d’art (ACA) et l’Association française des commissaires d’exposition (C-E-A).

 

© Silvia Kolbowski, Missing Asher, 2017. Still pour le film.