Honorer les morts hors des Côtes-du-Nord : les combattants costarmoricains au mémorial de Sainte-Anne-d'Auray

Honorer les morts hors des Côtes-du-Nord : les combattants costarmoricains au mémorial de Sainte-Anne-d'Auray

Le 20 novembre

Conférence d'Yves-Marie EVANNO, chargé de cours à l’Université catholique de l’Ouest/Bretagne-Sud. Auteur de plusieurs ouvrages sur la Première Guerre mondiale, il a notamment codirigé, avec Johan Vincent, Tourisme et Grande Guerre . Voyage(s) sur un front historique
méconnu (Editions Codex, 2019), et, avec Yann Lagadec, Les Morbihannais à l’épreuve de la Grande Guerre (Département du Morbihan/UTA, 2017).

Bien qu’il soit censé rendre hommage à tous les « morts bretons de la Grande Guerre », le mémorial de Sainte-Anne-d’Auray ne parvient pas
à remplir l’ambition qu’il s’était fixé au moment de son élaboration, au début des années 1920. Très vite apparenté à un projet morbihannais et
catholique, le monument suscite l’indifférence – et parfois même le dédain– au-delà des limites du diocèse de Vannes, et plus particulièrement dans les Côtes-du-Nord. Mais, au-delà de la seule querelle régionale, la faible adhésion au projet morbihannais ne traduit-elle pas finalement la difficulté d’honorer les morts hors des frontières du département, notamment en Belgique où les combattants costarmoricains ont payé un lourd tribut ?

Crédit photo : Yann Lagadec