Colloque International - Le Modernisme brésilien cent ans après : circulations, dialogues transatlantiques, héritages et relectures

Colloque International - Le Modernisme brésilien cent ans après : circulations, dialogues transatlantiques, héritages et relectures

Du 8 au 10 juin

L’équipe de recherche ERIMIT (Équipe de Recherches Interlangues “Mémoires, Identités, Territoires”) de l’Université Rennes 2 – France et le POSLIT- UFF (Programa de Pós-Graduação em Estudos de Literatura da Universidade Federal Fluminense – Brésil) proposent la tenue d’un colloque international sur Le Modernisme brésilien cent ans après : circulations, dialogues transatlantiques, héritages et relectures les 8, 9 et 10 juin 2022 à l’occasion du centenaire du Modernisme brésilien.

Ce colloque est un nouveau projet qui s’inscrit dans le cadre du PRINT (Programa de Internacionalização) – UFF, Histoire, circulation et analyse de discours littéraires, artistiques et sociaux, auquel des membres de l’ERIMIT participent en tant que chercheures associées.

La semaine d’Art Moderne (Semana de Arte Moderna), manifestation artistique qui s’est tenue du 11 au 18 février 1922 au Théâtre Municipal de São Paulo, constitue l’acte de fondation du mouvement moderniste au Brésil. Si le Modernisme peut être envisagé comme « la modalité brésilienne des avant-gardes du XXe siècle » (Pierre Rivas, 1996), il se tourne également vers les sources ethnologiques de la culture populaire et le quotidien prosaïque des villes modernes, en phase avec les transformations économiques et sociales issues du début du processus d’industrialisation brésilien. L’esprit iconoclaste de la première production moderniste des années 1920 a ébranlé la mentalité conformistebrésilienne en proposant une rupture esthétique aussi bien que thématique et idéologique, inaugurant à la fois une certaine idée de « modernité » et une prise de conscience des référents culturels brésiliens. Au-delà de la « phase héroïque » du Modernisme, marquée par l’expérimentalisme, les développements de ce mouvement dans le temps (décennies 1930 et 1940) et dans l’espace (de São Paulo et Rio de Janeiro vers des villes de la province brésilienne) vont s’ouvrir à d’autres stratégies esthétiques et permettre la constitution du corpus de la littérature brésilienne moderne.

Ce colloque entend évaluer de façon critique l’héritage du Modernisme en abordant des auteurs et des œuvres majeurs de ce mouvement culturel, les contextes de production et de circulationtout au long de ce siècle, ainsi que les réseaux internationaux de significations dans lesquels ces auteurs et ces œuvres sont insérés, principalement en Europe (France et Portugal notamment), en Amérique Latine et en Afrique lusophone.

Les travaux qui seront présentés par les chercheurs invités répondront notamment aux problématiques suivantes :

  • Comment caractériser les relations entre le passé moderniste et sa présence aujourd’hui dans les littératures et la culture du Brésil, de l’Amérique Latine, de l’Europe et de l’Afrique lusophone ?
  • Quelles sont les conséquences des conflits et des convergences nés de la rencontre entre les avant-gardes européennes et les mouvements modernistes dans les Amériques, dans un contexte de construction d’États nationaux et de politiques d’identité littéraire, culturelle et linguistique ?
  • De quelle façon les tensions interculturelles, inter-linguistiques et interethniques ont-elles dynamisé la littérature, les arts et la production de connaissances au sein du mouvement moderniste passé et actuel ?
  • Comment les œuvres et les auteurs modernistes ont-ils construit et disséminé un imaginaire de la nation et des frontières, avec quelles répercussions sur notre vision du passé et du présent ?  Quelles expériences de déplacements des Amériques vers l’Europe et de retour au pays natal ont été thématisées par les modernistes et leurs descendants ?
  • Que représentent les modernistes pour les auteurs et le public contemporains, comment leurs techniques et leurs styles sont-ils réutilisés par des auteurs et artistes aujourd’hui et comment contribuent-ils à une sorte d’« éducation esthétique » ?
  • Quelles discussions autour de la norme, de la fonction et de la valeur esthétique ont été mises en scène par le Modernisme et qu’en résulte-t-il, hier et aujourd’hui ? Quels sont les impacts du mouvement moderniste sur la critique littéraire (et vice-versa) et sur notre conception de circulation littéraire et culturelle ?

 

Plus d'informations sur le site Sciencesconf du colloque