Centre d’Etudes des Langues, Territoires et Identités Culturelles – Bretagne et Langues Minoritaires (CELTIC-BLM)

Vous êtes ici :
Description succinte

Le CELTIC-BLM est une nouvelle unité de recherche fondée le 1er janvier 2022. La création dans la principale université ALL-SHS de Bretagne dune structure consacrée aux questions de langues et cultures minoritaires, notamment bretonnes et en Bretagne, élargies au-delà de la Bretagne celtique, endogènes ou apportées par immigration, répond à une véritable demande sociétale et est soutenue par les institutions régionales.

Axes de recherche

Le programme du CELTIC-BLM se décline en trois axes :

1 Un premier axe est consacré aux langues minoritaires : descriptions, statuts, usages, enseignement, transmission, contacts et circulations plurilingues.

Sur le plan sociolinguistique sont étudiées les politiques linguistiques et éducatives, les discriminations linguistiques (glottophobie), l’histoire sociale des langues et des représentations sociolinguistiques. Les études de linguistique sont particulièrement centrées sur la linguistique historique, dans le cadre des Celtic Studies, et la linguistique issue de la recherche fondamentale. Les questions de didactique sont abordées à travers l’étude des relations entre enseignement-apprentissage et situations minoritaires. Enfin, les aspects traductologiques donnent matière à des recherches sur les modalités dapplication à une langue minorisée des critères et des recours habituels de la traduction, sous différents aspects linguistiques, culturels et communicatifs.

2 Dans un deuxième axe, les cultures et identités plurielles et minoritaires sont identifiées et analysées dans une triple perspective théorique, comparatiste et régionale. Lobjectif étant de proposer de nouvelles grilles de lecture qui dénotent une volonté de mobiliser plusieurs champs disciplinaires : histoire, sociologie, sociolinguistique, analyse littéraire et rhétorique.

3 Enfin, un troisième axe concerne l’étude des littératures en langues minoritaires. Le concept d’autonomie littéraire est analysé à travers l’étude de la minoration des littératures en situation émergente. Il sagit pour répondre à cette question d’étudier la façon dont, dans les premières étapes de renaissance culturelle / politique dun groupe minoritaire, les champs sont imbriqués dans un champ politico-culturel qui se diversifie lorsque le champ politique trouve des modes dexpression propres et une certaine autonomie face au pouvoir central. L’approche comparative est privilégiée et, à ce titre, les écrivains de la diaspora, au carrefour des cultures et de leurs identités, sont l’objet d’une attention particulière.

nota bene

* Cette nouvelle UR est adossée à une structure plus large organisée à l’échelle de lhexagone : le GIE-LCM (Groupe Interuniversitaire d’Étude - Langues et Cultures Minoritaires) dont Rennes 2 a signé la convention constitutive avec les universités de Bordeaux-Montaigne, Pau et pays de lAdour (UPPA) et Perpignan Via Domitia. Le but du GIE-LCM est de soutenir par des projets menés en commun la recherche liée aux domaines de l’étude et de la pratique des langues minorisées.

mots clés

Bretagne • Breizh • brezhoneg • gallo • langues et cultures minorées • littérature orale et écrite • grammaire comparée • histoire politique et institutionnelle • histoire sociale • ethnicité • identité • géographie • discriminations • ethnologie linguistique • sociolinguistique • sociodidactique • bilinguisme • enseignement bilingue et plurilingue • langues celtiques • pays celtiques • Celtic Studies • patrimoine matériel et immatériel